Site de la section de LISIEUX -- Site national : https://rassemblementnational.fr/ 

 

Boîte mail CRYPÉE : rn.lisieux@protonmail.com -- Tél : 06.80.26.84.27

 

Alain Angelini -- BP 21039 -- 14100  LISIEUX

 

 

Accueil Liens Contacts Adhesions Mentions legales

 

AFFAIRES AUBRIL

 

DIT "MONSIEUR 650000€"

 

MISE À JOUR DU 13.03.2020

 

 

LE VCL SUR LA SELLE(TTE)

 

 

MAJ 05.02.2019 : Des "sponsors" auraient été entendus. Ca sent de plus en plus la pompe à fric.

 

 

MAJ 04.02.2019 : Dans un message sur facebook la fille du président du VCL et néanmoins maire sortant se serait plainte d'un harcèlement. Vite effacé, trop tard il y a des copies d'écran. En fait il s'agirait d'une convocation au sujet des finances du VCL. J'ai donc cherché dans mes archives de l'ECHO JOLI. Le budget du VCL serait de 170000€, il dépasse la limite où la publication est obligatoire (153000€). Ceux qui suivent se souviendront que les publicités dans la plaquette du critérium et autres sponsorings pouvaient constituer des prises illégales d'intérêt, les entreprises travaillant ou étant en relation avec la mairie. Cela avait été dénoncé au préfet par un conseiller d'opposition et évoqué en conseil municipal.

C'est peut être ce qui a motivé les investigations en cours. On parle aussi de sponsors importants, dont un certain promoteur immobilier qui avait défrayé la chronique. Eplucher les comptes et faire la liste des généreux donateurs pourrait révéler quelques surprises, y compris familiales. La presse est au courant, le traitement de cette information risque d'être assez acrobatique. Les trésoriers vont avoir quelques sueurs froides et comme les subventions aux associations ne sont accordées que sur dossier les éclaboussures risquent d'atteindre quelques élus. Cela illustre le danger qu'il y a à rester président d'une association, ou membre de son bureau, quand on est maire voire candidat.

 

 

MAJ 10.01.2019 :  Voir les droits de réponse de Jean Claude AUBRIL

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/tract-et-proces-le-frere-du-maire-de-lisieux-reagit-BF16204577 

 

 

 

AFFAIRE AUBRIL/AUBRIL, SUITE MAJ 07.01.2019 :  Article ce matin dans OUEST FRANCE, rien de nouveau, on ne sait toujours pas d'où viennent ces sommes impressionnantes "hors succession", mais on apprend que les filles de Bernard et Alain en ont bénéficié en partie. Dans le Pays d'Auge on rapporte que l'avocate de JC Aubril s'étonne des montants en jeu, qui se sont trouvées découverts au moment de l'inventaire de la tutelle qu'il a demandé, alors que les opérations ont commencé en 2002 voire avant. Y aurait il une autre provenance pour le moment mystérieuse ?

Bref, on était dans Clochemerle, on bascule dans Barbey d'Aurévilly ou Maupassant.

 

EPISODES PRÉCÉDENTS : Un faux tract imitant les graphismes et le style de ceux de Philippe Vacher a fini par déclencher quelques articles dans la presse. Je me garderais bien de tout commentaire, mais les chiffres cités sont exacts. A suivre, mais ces histoires d'héritage, c'est la corde sensible de l'électorat de nos anciens.

 

MAJ du 06.01.2020 : Une précision est nécessaire, j'ai travaillé pendant huit ans à la SOCIETE GENERALE, dont au service des successions, faut pas me la faire et j'en ai vu beaucoup et de toutes les couleurs, en particulier dans la salle des coffres.

Il n'est pas de mon fait que le litige privé entre le maire sortant et un de ses frères à propos de l'héritage de leurs parents vienne à l'actualité en pleine campagne électorale. C'est entièrement du fait de l'amateur d'assurances vies, qui n'a pas voulu de règlement amiable.

Votre serviteur a bien d'autres chats à fouetter que cette histoire quand même surprenante, par le montant des sommes citées (600 à 650000€) et la ribambelle de contrats d'assurance vie (21) qui ont permis de les "diriger" vers deux des trois frères de la fratrie (Bernard et Alain, décédé depuis) et peut être d'autres membres de la famille, selon une répartition ignorée. Il est donc normal que le frère spolié, Jean Claude, demande à la justice de rétablir ses droits.

D'où sortent ces fonds conséquents ? Le père était agriculteur, du temps où Pays d'Auge était pays de cocagne, surtout perdant une certaine période. Les terres étaient situées sur des terrains actuellement urbanisés, c'est pas le même prix de vente. Passons.

Le procès (j'étais présent à l'audience) était public et donc le jugement est accessible à la presse en particulier. 

La polémique a été déclenchée par un faux tract (quoique ?) qui imite ceux de Philippe Vacher, grand cireur de pompe s'il en est (retour d'ascenseur d'une délégation pas trop foulante, dont la commission de sécurité qui a planté les Soeurs Pinard, comme par hasard).

Une conférence de presse est prévue lundi 6 janvier. On va bien voir si les journalistes vont poser les bonnes questions, car c'est techniquement et juridiquement compliqué.

En attendant, en tant qu'électeur, vous devez être informé. Peut on faire encore confiance à un individu capable, à titre privé certes, de mener des opérations de ce type avec l'aide de "conseillers" professionnels, qui jouent gros si ça part en vrille ?

A suivre.

 

 

https://www.capital.fr/votre-argent/heritage-les-risques-encourus-en-cas-de-controle-fiscal-1027843

 

 

 

 

MAJ du 17.10.2019 :  L'audience était publique, la presse était présente (Pay

AUBRIL Bernard brillait par son absence, et son avocat et ceux des assurances n'ont même pas plaidé, se contentant de déposer des conclusions.

Certes, c'est une affaire privée, mais elle est lourde de signification sur la mentalité, le comportement et la personnalité du maire sortant. Car s'il a été assez inventif pour faire ce qui est décrit, il est capable de tout.

La fratrie AUBRIL comportait trois frères, Bernard, Jean Claude et Alain (décédé, c'est sa fille qui hérite). Grosse fâcherie entre les deux premiers.

L'histoire commence en 2004 au décès du père. Pas d'ouverture de succession. Incroyable, y a t'il faute professionnelle du notaire ?

C'est donc en toute tranquillité que le patrimoine familial et peut être d'autres sources ont fait l'objet de contrats d'assurance vie, avec partager (équitable ?) avec son frère Alain au moins, et peut être d'autres bénéficiaires.

Pas de chance, la mère, Denise (que j'ai connu puisqu'elle habitait la rue d'à côté dans une modeste maison) s'est retrouvée dans l'indigence. Comme il y a encore un peu d'entraide dans nos contrées, les voisins la dépannaient, en gaz par exemple. Jusqu'au jour où un d'entre eux prévient le frère Jean Claude. Qui demande à ce que sa mère soit mise sous tutelle en 2013.

Le juge des tutelles a désigné... Bernard AUBRIL comme tuteur, mais Jean Claude fut nommé subrogé tuteur. Ce qui a permis à ce dernier d'obtenir des banques et des compagnies d'assurance les copies de comptes et de contrats d'assurance vie. Pas certain que tout y soit d'ailleurs vu les possibilités d'évacuation en "dons manuels".

La reconstitution des prélèvements décrite par l'avocate est édifiante : 135000€ de dons manuels, 500000€ dans une vingtaine de contrats d'assurance vie et des versements réguliers pour 120000€ (sauf erreur ou omission).

Denise AUBRIL fait un AVC en 2014 à 88 ans.. 

Une question se pose : d'où vient tout cet argent ? 

La dernière déclaration d'intérêts (en ligne) du maire sortant à la HATVP porte sur les revenus qui s'établissent à 103338€ par an, ce qui permet largement d'entretenir une personne ägée en EPHAD (public en l'occurence). Par contre la déclaration de patrimoine n'est pas communicable aux tiers et porte sur les points suivants : biens immobiliers, les valeurs mobilières, les assurances vie (aïe), les comptes bancaires, les véhicules possédés, les emprunts et les dettes.

 

MAJ du 15.10.2019 :  Une audience publique a eu lieu lundi 14 au sujet de la succession de feu Mme AUBRIL mère.

La plaidoirie de l'avocate de Jean Claude AUBRIL a été très précise et synthétique, et elle a osé avancer que Bernard AUBRIL est "malhonnête".

Pour le moment c'est au civil, mais vu les agissements et les procédés employés, qui n'ont pu avoir lieu qu'avec des appuis ou au moins des inerties, certains ont du souci à se faire : notaires, banquiers et assureurs.